DU spécificités en santé dans les territoires Caraïbes.

Nouveau diplôme universitaire (DU) proposé par la faculté de médecine Antilles-Guyane pour l’année 2022-2023, avec les objectifs de :
-Renforcer les compétences des professionnels de santé (médecins, internes)  sur les problématiques médicales spécifiques rencontrées en Caraïbes avec un volet somatique.
-D’apporter un éclairage historique, sociologique et anthropologique sur le rapport des populations caribéennes à la santé, la médecine et au corps en général.

 Enseignement  en distanciel sous forme de 4 sessions de 3 jours pour un total de 96h (première session en janvier 2023).
Pour plus d’info :
fiche preinscription
plaquette DU
liste cours et enseignants

Signalement enfance en danger.

Plusieurs canaux pour signaler et alerter:
EN CAS D’URGENCE: enfant en danger 
– faire passer par les urgences pédiatriques
– signalement au procureur:  tj1-pointe-a-pitre@justice.fr
EN DEHORS DE L’URGENCE: enfant en risque, signalement d’une information préoccupante
– à la CRIP (Cellule de Receuil des Informations Préoccupantes), en Guadeloupe c’est le SSEPED (Service du signalement de l’Ecoute et de la Prévention de l’Enfance en Danger) : 05 90 21 58 93 ou 05 90 21 58 98, et par mail: sseped@cg971.fr
– via la PMI dont dépend la famille
– via l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance)
– 119 Service National d’Accueil Téléphonique pour l’Enfance en Danger (SNATED)

Une plaquette (empruntée à la région du Havre) qui résume les points importants:


COVID19: Appel à la vaccination

« GUADELOUPÉENS, GUYANAIS, MARTINIQUAIS, RÉUNIONNAIS : IL EST URGENT DE VOUS FAIRE VACCINER ! »

Nous, scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, appelons les Guadeloupéens, les Guyanais, les Martiniquais et les Réunionnais et tous ceux qui y vivent, à se faire vacciner au plus vite contre la Covid compte tenu de la catastrophe sanitaire dans laquelle nous sommes.

Nous souhaitons que cet appel permette aux nôtres de vaincre leurs peurs, la désinformation, les fake news, et les contre-vérités scientifiques abondamment répandues.

En effet,

  • le nombre de patients infectés dans nos territoires connaît une progression très inquiétante dans le sillage de la Martinique, où le taux d’incidence de l’infection dépassait fin juillet la barre de 1 cas pour 100 habitants, soit 5 fois plus que la moyenne nationale ;
  • nos populations ont un risque majeur de développer des formes sévères de COVID-19 en raison des prévalences élevées de surpoids/obésité, diabète, hypertension artérielle, et aussi de l’existence d’une proportion importante de personnes âgées de plus de 60 ans ;
  • les services de réanimation sont déjà saturés : des transferts sanitaires aériens vers Paris de patients COVID-19 médicalisés et sous ventilation artificielle, ont débuté dès le samedi 31 juillet afin de soulager le service de réanimation de la Martinique.

La lutte contre la COVID-19 dans nos territoires est devenue une urgence sanitaire !

Nous, scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Guyane, de Martinique et de la Réunion et/ou investis dans ces territoires, ayant nous-mêmes reçu une vaccination complète, affirmons que tous les vaccins anti-COVID-19 autorisés :

  • ont suivi toutes les étapes scientifiques leur permettant d’être homologués par les agences des médicaments nationales et internationales ;
  • ont une efficacité rarement obtenue avec d’autres vaccins, en particulier les vaccins à « ARN messager », contre la survenue de formes sévères, d’hospitalisations et décès ;
  • s’accompagnent, sur la base des données obtenues après plus d’un milliard de personnes complètement vaccinées dans le Monde, et après 8 mois de recul, de rarissimes effets secondaires graves non toxiques. Rappelons que la plupart des médicaments ont des effets secondaires ;
  • nous permettront d’éviter durablement des hospitalisations, notamment en réanimation, des décès, des séquelles respiratoires, des douleurs et autres.

Nous scientifiques, médecins originaires de Guadeloupe, de Martinique, de Guyane et de La Réunion et/ou investis dans ces territoires, précisons qu’aujourd’hui :

  • cette infection au SARS-Coronavirus de type 2, responsable de la COVID-19, n’est pas une situation spécifiquement guadeloupéenne, guyanaise, martiniquaise ou réunionnaise : il s’agit d’une pandémie et c’est le monde entier qui est concerné ;
  • de nombreux pays en voie de développement, demandent désespérément des vaccins, car l’épidémie cible surtout les personnes non vaccinées de tous les continents ;
  • le maximum d’êtres humains doit être vacciné afin d’éviter l’émergence de variants plus redoutables que ceux qui circulent actuellement.

FAITES-VOUS VACCINER !

C’EST LA MEILLEURE ARME
POUR VAINCRE CETTE PANDÉMIE !

Liste des signataires 

Autotest VIH gratuit

On le sait… dans la lutte contre le VIH, maintenant que nous avons des traitements (bien tolérés) qui permettent de rendre la charge virale indétectable, et donc de rendre les personnes vivants avec le virus, non contaminants pour les autres; le traitement (sans attendre) devient aussi un outil de prévention…plus que jamais il faut dépister, et donc TESTER! TESTER! TESTER!
Tester sur ou sans ordonnance en laboratoire, faire du test rapide (TROD) en centre de dépistage ou ailleurs, de l’autotest acheter en pharmacie ou envoyé par la Poste comme ci-dessous (en plus gratuit), en s’inscrivant sur jefaisletest.fr!

Vaccins anti-COVID

Quelques articles ou sites, notamment sur l’efficacité et les effets indésirables:
–  le site Quoi dans mon assiette  et notamment l’article de décembre 2020 (toujours d’actualité) : Synthèse sur les vaccins

– le site de l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), sont disponibles toutes les infos et notamment les  points de situation sur la surveillance des vaccins contre la Covid19
et l’article Le vaccin Comirnaty (Pfizer-BioNTech) n’augmente pas le risque d’événements cardiovasculaires graves chez les personnes âgées de 75 ans et plus en France

Pour rappel, les 3 contre-indications médicales aux vaccins à ARN messager établies sont à ce jour:
– le  » syndrome PIMS« , ou syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique.
les réactions type myocardite, péricardite et hépatite sévère ayant nécessité une hospitalisation et faisant suite à une première injection de vaccin à ARNm« .
– allergie à l’un des composants du vaccin, le PEG 2000 (un polyéthylène glycol).