Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

Résultats des élections ordinales du 18/02/24

RESULTATS de la 21ème élection,
depuis sa création le 8 mai 1945,
et 5ème renouvellement par moitié,
du Conseil Départemental de la Guadeloupe de l’Ordre des Médecins.

L’élection a eu lieu le dimanche 11 février 2024
La participation a été de 20,8%, majoritairement par correspondance.
A l’issue du vote, 27 postes de membres sont pourvus : 16 postes de titulaires, et 11 postes de suppléants , 5 postes de suppléants restant vacants.

Le nouveau CDOM de Guadeloupe est ainsi constitué de :
– 8 titulaires (ré) élus en 2021

Dre BILLOT-BOULANGER Catherine
Dr BOULANGER Jean-Marc
Dre DELTA Delphine
Pr PORTECOP Patrick
Dre SCHNECK Anne-Sophie
Dr VIEILLOT Jean-Claude
Dre VELAYOUDOM Fritz-Line
Dr HODEBAR Dominique

-8 titulaires nouvellement (ré) élus sont

Dre BALLANDRAS Julie
Dr FOUCAN Patrick
Dr 
GENE Sonny
Dr GRUEL Claude
Dre GRUETTE Anne-Aymone

Dr MOUNSAMY Josué
Dre 
RINALDO Leila
Dre URSULE-OULAC Emmanuelle

– 1 suppléant élu en 2021
Dr BARTOLI Blaise

– 10 suppléants nouvellement (ré) élus
Dre CAGAN ZAMORA Ana-Maria
Dr CANOPE David
Dr CHAIBEDDRA TANI Jouhnyd
Dre CLAIRVILLE ETZOL Sonia
Dr GAILLEDREAU Joel
Dre GALOU Maureen
Dre LELEU Béatrice
Dre MEZGHENNA Nacérine
Dr PLACIDE Emmanuel
Dr SAMYDE Christian

 

Les 14 membres titulaires ( 2 étant absents) ont par ailleurs procédé le mercredi 14 février, à l’élection du Bureau, et notamment du 9ème président de l’histoire du CDOM de Guadeloupe, et en l’occurrence de sa 1ère Présidente la Dre BILLOT BOULANGER Catherine.

Le nouveau Bureau ainsi constitué se compose de :

Présidente: Dre BILLOT BOULANGER Catherine
1er Vice président: Dr VIEILLOT Jean Claude
2ème Vice président: Dr BOULANGER Jean Marc

Secretaire générale: Dre VELAYOUDOM Fritz Line
Secretaire général adjoint: Pr PORTECOP Patrick

Trésoriere: Dre BALLANDRAS Julie

PEC du vitiligo au CHU de Guadeloupe

Information du Pr. Nadège Cordel , Chef de service, Dermatologie-Immunologie Clinique-CHU de Guadeloupe.

Le vitiligo est une maladie inflammatoire mettant en jeu des processus immunologiques qui aboutissent à une dépigmentation de la peau et des poils liée à la destruction des cellules de la peau qui fabriquent son pigment: les mélanocytes.
Cette maladie particulièrement affichante chez les sujets à peau foncée touche 0,5 à 2% de la population mondiale avec un équilibre homme/femme et entre les différents pays.
Elle débute avant l’âge de 30 ans dans 80% des cas et de 20 ans dans 50% des cas.
Le vitiligo ne doit plus être une fatalité
Le service de dermatologie-immunologie clinique est doté d’une cabine de photothérapie ASTIV 338 UV 7002K Waldmann qui délivre les rayons UV nécessaires au traitement de 1ère intention du vitiligo.
Les séances au rythme de 3 fois par semaine sont prises en charge par la sécurité sociale sous réserve d’ une demande d’entente préalable.
Une consultation avec le dermatologue du CHU en charge de l’ activité muni d’ un courrier  est indispensable pour confirmer le diagnostic et débuter le traitement.
Les professionnels peuvent  adresser leurs demandes à l’adresse dermato-immuno@chu-guadeloupe.fr  qui est réservée aux professionnels en précisant en objet « demande de consultation pour vitiligo »
ou
Les patients peuvent prendre directement RDV avec le courrier du médecin à l’adresse sec.pfma@chu-guadeloupe.fr, en précisant en objet « demande de consultation pour vitiligo »
A LIRE : plus d’infos sur le site de l’Association Française du vitiligo  https://www.afvitiligo.com/actualites/

DU spécificités en santé dans les territoires Caraïbes.

Nouveau diplôme universitaire (DU) proposé par la faculté de médecine Antilles-Guyane pour l’année 2022-2023, avec les objectifs de :
-Renforcer les compétences des professionnels de santé (médecins, internes)  sur les problématiques médicales spécifiques rencontrées en Caraïbes avec un volet somatique.
-D’apporter un éclairage historique, sociologique et anthropologique sur le rapport des populations caribéennes à la santé, la médecine et au corps en général.

 Enseignement  en distanciel sous forme de 4 sessions de 3 jours pour un total de 96h (première session en janvier 2023).
Pour plus d’info :
fiche preinscription
plaquette DU
liste cours et enseignants

VIH TEST et procédure en cas de test positif.

Depuis le 1er janvier 2022, mais vraiment lancé depuis juin: le VIH TEST, ou test de dépistage du VIH SANS ordonnance (sur simple demande et sans rendez-vous), et  gratuit (pris en charge à 100% sans avance de frais, sous réserve d’être assuré social), dans tous les laboratoires d’analyses médicales de Guadeloupe, St Martin et St Barthélémy.
Le dépistage est la porte d’entrée dans les soins, mais demeure le maillon faible de la cascade de soins du VIH, malgré les recommandations et la diversification de l’offre (autotests, TROD, test biologique en labo).
Ci-dessous un petit rappel de l‘évolution des marqueurs, avec le délai à retenir de 6 semaines, et la CAT en cas de positivité, avec les numéros utiles.



SASPAS: Appel à candidature pour les MSU

Le Décret n°97-495 du 16 mai 1997 relatif au stage pratique des résidents auprès des praticiens généralistes agréés et la circulaire DGS/DES/ 2004 / n° 192 du 26 avril 2004 relative à l’organisation du SASPAS (Stage Autonome en Soins Primaires Ambulatoire Supervisé) ont rendu ce stage de niveau 2, obligatoire lors du 5 ème ou 6 ème semestre du 3ème cycle de Médecine Générale.

Le Département Universitaire de Médecine Générale (DUMG) de la faculté de médecine Antilles est donc à la recherche de nombreux terrains et  Maitres de Stage Universitaire (MSU), pour les 60 étudiants répartis entre la Guadeloupe et la Martinique.

Pour les MSU qui n’ont pas encore leurs agréments SASPAS mais qui ont une expérience en maitrise de stage de niveau 1, le DUMG propose d’organiser une soirée de formation accélérée en attendant la formation du CNGE (Collège National des Généralistes Enseignants), qui est prise en charge.

En pratique, il s’agit d’un stage adapté au projet professionnel de l’étudiant, qui a vocation à finaliser la formation de l’interne en vue du début proche de son exercice professionnel
Objectifs pédagogiques
Permettre aux internes de médecine générale :
– d’être confrontés aux demandes de prise en charge en médecine ambulatoire et aux décisions qu’elles impliquent,
– de se familiariser avec l’analyse des difficultés rencontrées et l’élaboration des solutions qui permettent d’y remédier,
– de prendre en charge des patients dont la situation relève d’un suivi au long cours (affections chroniques, affections évolutives, grossesses, nourrissons…),
– de participer à l’organisation matérielle d’un cabinet et à sa gestion, d’appréhender son contexte administratif et les exigences qui en découlent dans l’exercice quotidien,
– d’établir des contacts avec les confrères et une collaboration avec les autres professionnels de santé, en particulier dans le cadre de réseaux de soins
– de participer à l’organisation d’actions collectives de prévention en médecine scolaire, PMI…

Déroulement du stage.
Le temps du stage (6 mois)  est réparti entre 3 sites de stage
Le stage en cabinet ou en groupe de cabinets constitue la forme préférentielle de ce stage, cependant d’autres lieux de stage en médecine générale peuvent être agréés.
Dans tous les cas, l’interne de médecine générale exerce des fonctions de prévention, de diagnostic et de soins, par délégation sous la responsabilité et la supervision du MSU dont il relève. Dans cet esprit, il doit en particulier participer à des séances quotidiennes ou pluri-hebdomadaires de révision des dossiers.
Après une courte période d’adaptation pour se familiariser au fonctionnement du cabinet, du logiciel et repérer l’équipement du généraliste, l’interne consultera seul. Il peut ou non faire des visites à domicile. La journée doit être la même que celle du généraliste lorsqu’il exerce seul, elle peut être allégée selon le type d’exercice.
Le débriefing doit être quotidien ou au moins hebdomadaire, les règles comme le calendrier sont à fixer entre l’interne, le coordonnateur et les MSU. Il s’agit d’un stage en autonomie supervisée et non d’un remplacement.
L’étudiant consulte en autonomie complète en lieu et place du médecin et est supervisé en permanence de manière directe et indirecte :
– directe : un médecin est disponible sur place ou joignable par téléphone, pouvant ainsi répondre à des problématiques ponctuelles posées au cours des consultations ;
– indirecte :  une relecture de la totalité des dossiers est réalisée quotidiennement par le médecin, permettant à l’interne d’améliorer sa pratique et d’élargir sa réflexion sur la prise en charge des patients. Un staff hebdomadaire pourra être institué : présentation de dossiers, bibliographie. Il a pour rôle d’assurer sa formation : – en définissant son emploi du temps en fonction de son projet professionnel, de ses objectifs de formation, de ses lacunes à combler ; – en assurant la réalisation effective de ses objectifs ou l’émergence de nouvelles interrogations

Situation administrative des internes de médecine générale et des maîtres de stage
-L’interne de médecine générale est tenu de respecter ses obligations statutaires qui comportent notamment : 11 demi-journées d’activité par semaine, dont 2 sont consacrées à la formation universitaire, 9 demi-journées statutaires de formation pratique réparties entre 3 maitres de stage soit 3 demi-journées par MSUavec la réalisation de 6 à 12 actes par demi-journées en moyenne. L’interne continue de percevoir sa rémunération de son centre hospitalier de rattachement L’étudiant ne peut, au cours de son stage, remplacer l’un de ses maîtres.
L’étudiant ne doit pas travailler plus de 2 jours consécutifs chez le même médecin. L’étudiant ne peut participer seul au service de garde libérale en l’absence de définition légale de la garde de médecine générale libérale pour les internes. Un coordonnateur, maître de stage, est attribué à chaque interne
Le maître de stage doit être joignable en permanence. Le temps dégagé pour ce maître de stage si c’est le cas peut être utilisé pour une activité universitaire (enseignement, formation, recherche). Le maître de stage perçoit des honoraires dans des conditions fixées par l’arrêté du 16 mai 1997 relatif à l‘indemnisation des maîtres de stage exerçant leur activité en cabinet libéral conformément aux dispositions du décret no 97-495 du 16 mai 1997 relatif au stage pratique des résidents auprès des praticiens généralistes agréés.

Pour plus de renseignements:
–  Pr. Franciane GANE-TROPLENT 05 90 20 39 37 franciane.troplent@orange.fr

A lire aussi : Guide MSU et Plaquette MSU