Rougeole : quand le médecin n’est pas vacciné !

Je partage cet article Rougeole : quand le médecin n’est pas vacciné !  de JIM.fr, qui raconte comment à la Réunion parmi les cas recensées depuis décembre 2018 « six ont plus particulièrement retenu l’attention de l’Agence régionale de Santé (ARS) de l’Océan Indien…
Les investigations menées par l’ARS ont permis de déterminer que deux médecins, eux-mêmes possiblement précédemment contaminés par des patients qu’ils avaient pris en charge aux urgences, étaient très probablement à l’origine de ces six cas de rougeole. »
Rappelons que les recommandations sont que « Les personnes nées avant 1980, non vaccinées et sans antécédent connu de rougeole ou de rubéole, qui exercent des professions de santé en formation, à l’embauche ou en poste, doivent recevoir une dose de vaccin trivalent rougeole-oreillons-rubéole. La vaccination avec une dose de vaccins trivalent ROR est fortement recommandée pour les personnes travaillant dans les services accueillant des patients à risque de rougeole grave ».

Il n’est donc pas trop tard pour nous demander si nous sommes bien à jour, et dans le cas contraire faire en sorte de l’être pour notre bien, celui de notre entourage et de nos patients!
Primum non nocere  🙂

Alerte rougeole en zone Amérique.

Alerte de la Pan American Health Organization (PAHO)  à la rougeole.
Les États-Unis connaissent en effet une épidémie qui s’est propagé à plusieurs états ainsi qu’au Canada et au Mexique.

rougeole
Pour mémoire en 2000 les USA déclaraient l’extinction de la rougeole…
Mais en 2014 ils recensaient 644 cas, dans 27 Etats, dont 59% (383 cas) au sein de communautés Amish non-vaccinées de l’Ohio.
Et entre le 1er et le 30 janvier 2015, 102 personnes de 14 états ont déjà été diagnostiqués positifs, dont 92 % liés à une patiente ayant visité le Disneyland californien à la fin 2014.
On sait le virus est extrêmement contagieux, et le CDC (Centers for Disease Control and Prevention) estime que 90 % des non immunisées qui rentrent en contact avec une personne malade peuvent être infectées.

Rappel des mesures préventives vaccinales recommandées:
– enfants entre 6 à 11 mois: une dose de vaccin monovalent dans les 72 heures suivant le contact présumé (dans ce cas, l’enfant recevra par la suite deux doses de vaccin trivalent suivant les recommandations du calendrier vaccinal : 1ère dose à l’âge de 12 mois, 2e dose entre 16 et 18 mois)
 – enfant de + 12 mois et nés depuis 1980 : mise à jour conformément au calendrier vaccinal pour atteindre deux doses de vaccin trivalent
– professionnels de santé ou personnels en charge de la petite enfance, sans antécédent de rougeole ou n’ayant pas reçu deux doses de vaccin trivalent, quelle que soit leur date de naissance : une dose de vaccin trivalent.
La vaccination contre la rougeole et la rubéole est contre-indiquée pendant la grossesse, et toute grossesse doit être évitée dans le mois suivant la vaccination.
Aujourd’hui encore, malgré la généralisation du vaccin depuis 1963, dans le monde, environ 20 millions de personnes attrapent la rougeole tous les ans, et 146 000 en meurent.

Maladies à déclaration obligatoire…tous « sentinelles ».

Nous sommes tous des sentinelles notamment lors du signalement d’une maladie de la  liste des 31 maladies à déclaration obligatoire.

Retenir en Guadeloupe:
– La dengue est exclue de la liste.
– La rougeole dans le contexte mondial (recrudescence) et régional (cas groupés début 2011 à Saint-Martin).
– Le choléra dans le contexte de proximité avec Haiti, et des 2 cas confirmés à Saint Martin en 2012.
-Les TIAC (Toxi-Infections Alimentaires Collectives), y penser et les signaler sans attendre au 05 90 410 200 et/ou en utilisant la fiche de signalement.

NOTA BENE:
-Les cas de ciguatera sont à signaler dès le premier cas (à la différence des TIAC par définition ≥ 2 cas)
-L’infection à VIH, le paludisme d’importation, la tuberculose… sont des diagnostics biologiques déclarés par les laboratoires.

A lire: BVS 2013-01 spécial MDO dans les DFA