Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

Covid19 et arrêts de travail

La fiche Délivrance et indemnisation des avis d’ARRET DE TRAVAIL covid-19 version 20/04/20

mise à jour (Dr DELSOL Loraine)
depuis le 01/04
* les arrêts maladies “préventifs” dérogatoires sont autorisés pour les personnes cohabitants avec une personne vulnérable (en l’absence de télétravail possible)

* les arrêts maladie “préventifs” dérogatoires sont autorisés pour les cas contacts (en l’absence de télétravail possible), mais uniquement d’un cas CONFIRME (vu que les indications des tests PCR se sont élargies récemment à tous les symptomatiques en Guadeloupe, le cas va plus souvent se présenter)

* toute personne arrivant en Guadeloupe est mise en quarantaine et peut bénéficier d’un arrêt maladie dérogatoire (en l’absence de télétravail possible)

à partir du 01/05 :
– les procédures dérogatoires d’arrêt maladie pour les parents n’ayant pas de solution de garde d’enfant , seront remplacées par le chômage partiel.

pour les salariés vulnérables, ou cohabitant avec une personne vulnérable,  pour lesquels le télétravail n’est pas possible : bascule de l’arrêt maladie en chômage partiel
pour que l’employeur déclenche la demande de chômage partiel, c’est un “certificat d’isolement” qu’on doit fournir au salarié  « Par la présente, je certifie que M/Mme X doit, compte-tenu des recommandations sanitaires, respecter une consigne d’isolement le conduisant à ne plus pouvoir se rendre sur son lieu de travail. »
– pour les salariés “vulnérables”ou cohabitant avec une personne vulnérable, de la fonction publique, sans télétravail possible, cela relève de “l’Autorisation Spéciale D’absence”, à demander à leur direction
– pour les non-salariés vulnérables ou cohabitant avec une personne vulnérable (indépendants, gérants ….), sans télétravail possible, cela relève toujours de l’arrêt maladie : soit sur une autodéclaration sur declare.ameli.fr en cas d’ALD, soit un certificat d’arrêt maladie par le médecin traitant en cas de pathologie hors ALD
les arrêts déjà acordés sur déclare-ameli.fr seront automatiquement renouvelés jusqu’au 30/04, mais il faudra refaire la demande au 01/05 – par la suite, ils seront automatiquement renouvelés tant que les conditions sanitaires seront maintenues

Attention, la liste des “personnes vulnérables” du HSCP a changé depuis le 31 mars … et inclut notamment les obèses avec IMC > 30 ! (avant c’était 40 …)

Le HCSP considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

  • Les personnes âgées de 70 ans et plus (même si les personnes âgées de 50 ans à 70 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée) ;
  • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques non équilibrés ou présentant des complications ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les patients atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;

Malgré l’absence de données dans la littérature, en raison d’un risque présumé de COVID-19 grave compte-tenu des données connues pour les autres infections respiratoires, sont également considérés à risque de COVID-19 grave

  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement
  • les malades atteints de cirrhose au stade B de la classification de Child-Pugh au moins ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2) par analogie avec la grippe A(H1N1)09, mais aussi une obésité avec IMC > 30 kgm-2 ;
  • les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur en raison d’un risque accru de surinfection bactérienne ou de syndrome thoracique aigu ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • les femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse, compte tenu des données disponibles et considérant qu’elles sont très limitées.
Catégorie : CGSS et Convention