Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

Vous consultez actuellement : Maladies Chroniques

Actualités concernant la « Visite Longue »

Jusqu’à présent réservée aux patients en ALD pour une pathologie neuro-dégénérative identifiée (démences, Parkinson, SEP…), vus à domicile (ou en EHPAD) en présence des aidants habituels (famille, aide-ménagère…)

A partir de février 2019, la VL est étendue à 2 nouvelles situations:
–  visite complexe pour soins palliatifs, réalisée par le médecin traitant
1ere visite à domicile pour un patient entrant dans la patientèle médecin traitant, dès lors que:
a) le patient n’avait pas ou souhaite changer de médecin traitant
b) est en incapacite de se déplacer
pour raison médicale
c) est en ALD ou agé de plus de 80 ans

Idéalement pour établir un relevé de conclusions dans le dossier du patient, en s’aidant par exemple de la check-list PEC personnes âgées.

La cotation à utiliser est : VL (72 €) + MD (10 €)  +/- IK, maximum 3 fois par an, si modification de l’état de santé ou changement de l’environnement nécessitant une réévaluation.

Remboursement des substituts nicotiniques.

Dans le cadre du Plan priorité prévention  la mesure vise à faciliter l’accès aux traitements de substitution nicotiniques avec un prix de vente fixe sur tout le territoire, et un remboursement à 65% pour les produits suivants:
– les gommes à mâcher sans sucre NICOTINE EG 2 et 4 mg SANS SUCRE goût fruit ou goût menthe (boîte de 108 à 14.14 euros)

– les patchs NICORETTESKIN 10 mg, 15 mg, et 25 mg/16 heures (boîte de 28 à 28.55 euros).

L’article vidal.fr fait le point sur le dispositif remboursement des substituts nicotiniques

Réseau Respir’Alizés (asthme).

Suite à l’autorisation accordée par l’ARS, le réseau Respir’Alizés  propose le programme « Maîtriser son asthme, un nouveau souffle« , décliné en plusieurs ateliers.
à signer et tamponner par le médecin et renvoyer au GIP-RASPEG
– par fax : 0590 47 17 04
– par mail : pta@gip-raspeg.fr
– par la poste : GIP-RASPEG , Imm. le Squale – Houelbourg Sud II – Jarry, 97122 BAIE-MAHAULT
A la sortie du programme, un compte-rendu éducatif vous sera transmis.
Pour tout renseignement: Mme Sandrine JAHSI, Infirmière Coordinatrice d’Appui, Tél. : 05.90.47.17.00

PEC des troubles neurocognitifs.

« Troubles neurocognitifs », le nouveau terme pour « démences », et un article eurekasante.vidal.fr sur Alzheimer et maladies apparentées avec tous les liens vers les reco HAS, le guide de mai 2018 Patients présentant un trouble neurocognitif associé à la maladie d’Alzheimer ou à une maladie apparentée, et les 18 fiches HAS téléchargeables sur le site de la HAS.

  1. Troubles cognitifs et troubles neurocognitifs
  2. Maladies « apparentées » mais différentes
  3. MA2 avant 65 ans « adulte jeune » (MA2 = maladie d’Alzheimer et maladies apparentées)
  4. Démarche diagnostique d’un trouble cognitif en médecine générale
  5. Tests de repérage d’un trouble cognitif en médecine générale
  6. Situations diagnostiques complexes
  7. Le droit de savoir, le droit de décider
  8. Optimiser les consultations mémoire
  9. Étiologie d’un trouble cognitif, les consultations mémoire
  10. Accéder à la recherche et l’innovation
  11. Comprendre le handicap des MA2
  12. Préserver une autonomie fonctionnelle, prise en charge non médicamenteuse
  13. Prévenir les troubles cognitifs et psychocomportementaux, prise en charge non médicamenteuse
  14. Communiquer malgré les troubles de la mémoire ou du langage
  15. Vivre le quotidien, le point de vue de l’aidant
  16. Mesures de protection juridique
  17. Situations de rupture, rôle des acteurs de proximité
  18. Les soins au stade ultime de la maladie
  19. Soins et qualité de vie des MA2

On notera que ces recommandation de prise en charge n’incluent plus les médicaments dits « anti-Alzheimer » (lire l’article Prescrire: Médicaments de la maladie d’Alzheimer : enfin non remboursables en France ! ) dont le service médical rendu (SMR) était noté insuffisant depuis 2016, en raison de leur efficacité non démontrée et d’effets indésirables parfois graves.

Point sur l’hépatite C.

Le principe d’un dépistage utile, c’est:
– un outil de dépistage efficient : ici la sérologie Ac antiVHC
– un traitement curatif efficace: les nouveaux antiviraux, avec 2 stratégies (remboursées à 100% sans nécessité l’ALD) possibles: sofosbuvir+ velpatasvir =  EPCLUSA ® pendant 12 semaines, ou glecaprevir + pibrentasvir MAVIRET ® pendant 8 semaines.
D’où l’intérêt d’un dépistage universel de l’hépatite C, comme le demandent dans leurs recommandations publiées en mars 2018, les experts de l’AFEF(Association française pour l’étude du foie), avec le soutien de la SPILF (Société de Pathologie de Langue Française), afin d’identifier les 75 000 français infectés qui s’ignorent, selon l’InVS.

Rappel sur la conduite à tenir en cas d’Ac antiVHC positif:
– confirmer avec un dosage ARN viral hépatite C
– échographie hépatique
– mesure d’une éventuelle fibrose hépatique
– consultation gastro pour traitement curatif.

A consulter en complément; le site sos-hepatites-guadeloupe

VIH… le chemin parcouru.

Pour ceux qui ont raté les séances à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le VIH (le 1er décembre), je vous encourage à voir ce film sur le combat de l’association Act Up – Paris dans les années 90, ou à aller voir sur wikipedia/Act Up-Paris la liste des actions pour vous rappelez aussi le chemin parcouru…
120 battementsEn 84, j’avais 10 ans quand on a commencé à parler du SIDA (découvert en 83).
Quand 10 ans après, j’ai fait mon 1er stage d’externe (en pneumologie), on ne faisait pas grand chose pour ces patients atteints de tuberculose, kaposi, et autres complications… comme dans le film…
En 2000, comme interne je me souviens d’être aller au milieu de la nuit constaté un décès dans une unité palliative du KB…
Il y à 15 ans, quand je me suis installée, on donnait des traitements aux femmes enceintes (pour éviter la transmission) et en fonction du taux de CD4.
Les choses changent…

Aujourd’hui l’objectif est de TRAITER TOUS LES SUJETS INFECTES, car on sait qu’avec une charge virale indétectable (ce qu’on obtient dans plus de 90% des cas avec une bonne observance) on évite les nouvelles transmissions.
Les messages du préservatif est toujours d’actualité, mais encore plus celui du DEPISTAGE systématique et régulier.