Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

Vous consultez actuellement : Maladies Infectieuses

Le COREVIH971.

 

corevih

Les COREVIH, ou comités de coordination de la lutte contre le VIH, sont des organisations territoriales qui réunissent tous les acteurs de la lutte contre le VIH d’une région. Ils ont été crées par décret ministériel du 15 novembre 2005.
Le COREVIH971 (Guadeloupe-St Martin-St Barth), a été mis en place le 23 janvier 2008.

Le COREVIH971 est constitué de 30 membres et leurs suppléants nommés par le Préfet pour 4 ans. Ceux-ci élisent un Président, un vice-président et un bureau.
Ces membres nommés appartiennent à  4 collèges : représentants d’institutions médicales ou médico-sociales, représentants de personnels médicaux ou para-médicaux, représentants d’associations d’usagers ou d’accompagnement de ceux-ci  et  personnes qualifiées.

Le COREVIH a 3 missions  principales :
- Coordonner l’ensemble des acteurs de lutte contre le VIH
- Améliorer la qualité de la prise en charge des patients porteurs du VIH
- Améliorer le suivi épidémiologique

Le COREVIH971 communique notamment via le facebook COREVIH971, la newsletter COREVIH (à la quelle vous pouvez vous inscrire) et le site internet COREVIH971 sur lesquels les informations sur l’infection à VIH sont mises à jour régulièrement, et notamment les adresses et horaires d’ouverture des centres de dépistage qui s’appellent maintenant les CeGIDD (Centre Gratuit d’Information, de Dépistage et de Diagnostic du VIH, des IST et des Hépatites), et sinon tous les lieux de dépistage possibles:
corevih

Anguillulose aux Antilles.

Peut être aviez vous participé au receuil de données pour la thèse du Dr Emmanuel LARSABAL, sur l’anguillulose aux Antilles… ce qui me permet de partager avec vous les résultats et les recommandations qui en découlent pour notre pratique.
angui 1angui 2Pour rappel l’ivermectine doit être prise à jeun (et le rester pendant les 2 heures qui suivent) et la posologie est fonction du poids du patient.

Recommandations pour H.Pylori

Les Recommandations HAS mettent l’accent sur certaines indications de la recherche d’une infection à H. pylori comme:
-  ulcère gastrique ou duodénal (actif ou antécédent)
-  antécédents familiaux de cancer gastrique.
-  prise d’aspirine ou d’AINS chez un patient ayant un antécédent d’ulcère
-  dyspepsie chronique sans lésion visible à la gastroscopie
-  anémie par carence en fer ou en vitamine B12 sans cause retrouvée
- purpura thrombopénique immunologique ou à une forme de lymphome gastrique (dite du MALT -mucosal-associated lymphoid tissue)

La HAS met aussi à disposition des outils comme des modèles de courrier pour la demande de fibro+biopsie au gastro-enterologue, et de réponse du gastro avec le traitement adapté en cas de positivité, et renvoie vers la fiche de pertinence de traitement pour les détails, et sinon vers le site antibioclic régulièrement mis à jour.

Thèse sur la PEC d’H.Pylori en Guadeloupe.

A retenir:
- Les indications de recherche (dépistage ciblé) et éradication d’H.Pylori Hpylo- Les outils diagnostiques sont:
* l’anapath sur biopsie lors de la fibroscopie gastrique (par le gastro)
* le test respiratoire Helikit (R) qui peut être prescrit par n’importe quel médecin et réalisé dans n’importe quel laboratoire d’analyse (à jeun et après 4 semaines d’arrêt des IPP)
- Les recommandations sur le traitement sont régulièrement modifiées et je vous renvoie au site antibioclic
- En Guadeloupe le cancer de l’estomac est le 4ème cancer par fréquence.

Lien pour lire la thèse : Thèse CORNILLIET
cornilliet

 

Info leptospirose // trail.

L’ARS attire l’attention sur les patients (sportifs) qui participent aux trails et/ ou canyoning (activités à risque de transmission de la leptospirose), en Guadeloupe (Volcano, le trail de la mangrove, trail des grands fonds…) ou ailleurs …
Pour rappel:
L’incubation dure de 4 à 14 jours. De nombreuses formes cliniques, allant du syndrome grippal à l’atteinte multiviscérale avec syndrome hémorragique sont décrites.
Dans la forme modérée, la maladie débute par une fièvre élevée avec frissons, maux de tête, douleurs musculaires et douleurs articulaires diffuses. Elle peut évoluer vers une atteinte rénale, hépatique, méningée ou pulmonaire. Dans 20% des cas, elle se complique d’un syndrome hémorragique. Aucun signe n’est vraiment spécifique mais l’existence d’un ictère conjonctival et de myalgies est particulièrement évocatrice.
Les formes graves (ictéro-hémorragique ou maladie de Weil) associent insuffisance rénale aiguë, atteinte neurologique (convulsions, coma) et des hémorragies plus ou moins sévères (pulmonaire, digestive).

La confirmation diagnostique repose sur:
- la PCR  dans les 10 premiers jours de la maladie
– la sérologie Elisa à partir du 7ème jour, confirmée par le MAT (Microscopic Agglutination Test)
- une deuxième sérologie est recommandée à 21 jours d’intervalle si la première est négative et en l’absence d’autre diagnostic.
Ces examens sont pris en charge par l’Assurance maladie.

En cas de forte suspicion,  le traitement antibiotique (amoxicilline, céphalosporine ou cyclines) est à débuter le plus tôt possible, ce qui diminue le risque de complication, raccourcit l’évolution, atténue la symptomatologie, et diminue la durée du portage rénal.  
Enfin, il convient de signaler à la plateforme de veille et sécurité sanitaires tout cas  confirmé.

Source: fiche leptospirose, Institut Pasteur