Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

Vous consultez actuellement : Maladies Infectieuses

01/12/2018: Journée mondiale contre le VIH.

En 2018 le thème choisit par ONUSIDA est « Connais-tu ton statut? »… plus que jamais à l’ordre du jour quand on sait que VIH : plus d’un quart des malades diagnostiqués trop tardivement 
En 2017, 5,6 millions de sérologies VIH ont été réalisées par les laboratoires de biologie médicale (de ville ou hospitaliers), en augmentation de +6,4% par rapport à 2014, plus particulièrement dans les départements d’Outre-Mer (+10,4%) qu’en métropole (+6,2%).
En 2017, les régions où l’activité de dépistage du VIH est la plus importante sont la Guyane (231 sérologies/1 000 habitants), la Guadeloupe (170), la Martinique (150), Mayotte (130), puis l’Ile-de-France (115), la Réunion (108) et la Provence-Alpes-Côte d’Azur (104).
A LIRE aussi:  le BEH spécial 1er décembre 2018, et pour connaitre les actions prévues en Guadeloupe et dépendances : le Dossier de presse COREVIH 1er décembre 2018

Surveillance dengue.

Avec l’apparition des 1ers cas confirmés de dengue (DEN1) en cette fin d’année 2018 (a cette date 4 cas confirmés en Guadeloupe et 1 a St Martin), l’ARS nous rappelle:
1) la définition de cas suspect:
FIEVRE élevée (39-40°C) de début brutal évoluant depuis moins de 10 jours
– ET au moins un des signes suivants :
syndrome algique (céphalées ± arthralgies ± myalgies ± lombalgies)
± douleurs rétro orbitaires ± fatigue
– ET en l’absence de tout autre point appel infectieux

2) la CAT « biologique », dans le but de confirmer les cas et d’identifier les sérotypes circulants (surtout en début et fin d’épidémie): pour toute demande noter la date de début des signes pour le laboratoire qui déterminera ainsi de lui même la meilleure technique, et idéalement avant J7 test NS1 et PCR dengue.

Point sur l’hépatite C.

Le principe d’un dépistage utile, c’est:
– un outil de dépistage efficient : ici la sérologie Ac antiVHC
– un traitement curatif efficace: les nouveaux antiviraux, avec 2 stratégies (remboursées à 100% sans nécessité l’ALD) possibles: sofosbuvir+ velpatasvir =  EPCLUSA ® pendant 12 semaines, ou glecaprevir + pibrentasvir MAVIRET ® pendant 8 semaines.
D’où l’intérêt d’un dépistage universel de l’hépatite C, comme le demandent dans leurs recommandations publiées en mars 2018, les experts de l’AFEF(Association française pour l’étude du foie), avec le soutien de la SPILF (Société de Pathologie de Langue Française), afin d’identifier les 75 000 français infectés qui s’ignorent, selon l’InVS.

Rappel sur la conduite à tenir en cas d’Ac antiVHC positif:
– confirmer avec un dosage ARN viral hépatite C
– échographie hépatique
– mesure d’une éventuelle fibrose hépatique
– consultation gastro pour traitement curatif.

A consulter en complément; le site sos-hepatites-guadeloupe

VIH objectif 2020: 90-90-90.

La Guadeloupe reste la 2ème région française la plus touchée après la Guyane française.
De plus en plus de patients vivants avec le VIH… sous traitement…

De la même façon qu’on a interrompu la transmission mêre/enfant, on peut dorenavant affirmer qu’un patient bien observant avec une charge virale indétectable, ne transmet plus le virus : c’est le début de la fin de l’épidémie !!!

Aujourd’hui la meilleure prévention c’est … le traitement; plus que le préservatif
Pour traiter
encore faut-il diagnostiquer, et donc dépister plus que jamais!
Source: Dossier de presse COREVIH971, 2017

VIH… le chemin parcouru.

Pour ceux qui ont raté les séances à l’occasion de la journée mondiale de lutte contre le VIH (le 1er décembre), je vous encourage à voir ce film sur le combat de l’association Act Up – Paris dans les années 90, ou à aller voir sur wikipedia/Act Up-Paris la liste des actions pour vous rappelez aussi le chemin parcouru…
120 battementsEn 84, j’avais 10 ans quand on a commencé à parler du SIDA (découvert en 83).
Quand 10 ans après, j’ai fait mon 1er stage d’externe (en pneumologie), on ne faisait pas grand chose pour ces patients atteints de tuberculose, kaposi, et autres complications… comme dans le film…
En 2000, comme interne je me souviens d’être aller au milieu de la nuit constaté un décès dans une unité palliative du KB…
Il y à 15 ans, quand je me suis installée, on donnait des traitements aux femmes enceintes (pour éviter la transmission) et en fonction du taux de CD4.
Les choses changent…

Aujourd’hui l’objectif est de TRAITER TOUS LES SUJETS INFECTES, car on sait qu’avec une charge virale indétectable (ce qu’on obtient dans plus de 90% des cas avec une bonne observance) on évite les nouvelles transmissions.
Les messages du préservatif est toujours d’actualité, mais encore plus celui du DEPISTAGE systématique et régulier.