Partage

Sentinelles971

Le blog d'information des Médecins Généralistes de Guadeloupe

COVID19: Chiffres en Guadeloupe au 30/04/20

A partir du 4ème point épidémio COVID19 Guadeloupe disponible notamment sur le site de la Préfecture de Guadeloupe et des points journaliers mis en ligne sur la page Facebook de la Préfecture de Guadeloupe, nouveau décorticage des chiffres.
Santé Publique France Antilles explique les différences de chiffres notées précédemment par un retard dans les remontées des données… nous tiendrons dorénavant compte des chiffres Préfecture de Guadeloupe.

On retient au 30/04/2020 pour la Guadeloupe: 
A) Le nombre de cas cumulés
152 cas confirmés (+4 cette semaine) avec la répartition (figure 1) entre cas importés, secondaires et autochtones, et leur répartition géographique (figure 2).

 

Une positivité qui diminue encore (4 nouveaux positifs sur +/- 300 tests réalisés cette semaine), alors que le nombre de tests réalisés lui augmente nettement depuis l’élargissement du dépistage aux laboratoires de ville (au total +150 tests par rapport à la semaine précédente)

324 cas estimés (à partir principalement des données hebdomadaires des médecins sentinelles, et du réseau Oscour, pondérées par les taux de positivité), soit +1 cas pour la semaine. 
B) Les hospitalisations
Le cumul: la figure 8 montre un total de 125 hospitalisations dont 44 en réa…    

– Les hospitalisations en cours au 30/04/20: 7 dont 6 en réa (versus 12 dont 9 en réa la semaine précédente)

Le diagramme obtenu à partir des chiffres donnés dans les points journaliers Préfecture est le suivant.

C) Les guérisons avec retour à domicile: 95 nous dit le point Préfecture

D) Les décès: 2 nouveaux décès cette semaine (patients hospitalisés en réa depuis plusieurs semaines) portant le total à 12 pour la Guadeloupe.

EN CONCLUSION:
Les indicateurs dont la positivité autour de 1% et la chute du nombre de cas estimés (1 cas pour cette semaine versus 4 pour la semaine précédente et 28 il y a 15 jours), traduisent la quasi absence de circulation du virus (grâce au confinement). A ce jour (02/05/20) plus de patients en médecine.
Notons que les 3 derniers décès concernaient des patients en réa hospitalisés tous depuis plus de 3 semaines.
Enfin on attend toujours les chiffres entrées/sorties en réa et en secteur covid médical… 

Covid19 et arrêts de travail

La fiche Délivrance et indemnisation des avis d’ARRET DE TRAVAIL covid-19 version 20/04/20

mise à jour (Dr DELSOL Loraine)
depuis le 01/04
* les arrêts maladies “préventifs” dérogatoires sont autorisés pour les personnes cohabitants avec une personne vulnérable (en l’absence de télétravail possible)

* les arrêts maladie “préventifs” dérogatoires sont autorisés pour les cas contacts (en l’absence de télétravail possible), mais uniquement d’un cas CONFIRME (vu que les indications des tests PCR se sont élargies récemment à tous les symptomatiques en Guadeloupe, le cas va plus souvent se présenter)

* toute personne arrivant en Guadeloupe est mise en quarantaine et peut bénéficier d’un arrêt maladie dérogatoire (en l’absence de télétravail possible)

à partir du 01/05 :
– les procédures dérogatoires d’arrêt maladie pour les parents n’ayant pas de solution de garde d’enfant , seront remplacées par le chômage partiel.

pour les salariés vulnérables, ou cohabitant avec une personne vulnérable,  pour lesquels le télétravail n’est pas possible : bascule de l’arrêt maladie en chômage partiel
pour que l’employeur déclenche la demande de chômage partiel, c’est un “certificat d’isolement” qu’on doit fournir au salarié  « Par la présente, je certifie que M/Mme X doit, compte-tenu des recommandations sanitaires, respecter une consigne d’isolement le conduisant à ne plus pouvoir se rendre sur son lieu de travail. »
– pour les salariés “vulnérables”ou cohabitant avec une personne vulnérable, de la fonction publique, sans télétravail possible, cela relève de “l’Autorisation Spéciale D’absence”, à demander à leur direction
– pour les non-salariés vulnérables ou cohabitant avec une personne vulnérable (indépendants, gérants ….), sans télétravail possible, cela relève toujours de l’arrêt maladie : soit sur une autodéclaration sur declare.ameli.fr en cas d’ALD, soit un certificat d’arrêt maladie par le médecin traitant en cas de pathologie hors ALD
les arrêts déjà acordés sur déclare-ameli.fr seront automatiquement renouvelés jusqu’au 30/04, mais il faudra refaire la demande au 01/05 – par la suite, ils seront automatiquement renouvelés tant que les conditions sanitaires seront maintenues

Attention, la liste des “personnes vulnérables” du HSCP a changé depuis le 31 mars … et inclut notamment les obèses avec IMC > 30 ! (avant c’était 40 …)

Le HCSP considère que les personnes à risque de développer une forme grave d’infection à SARS-CoV-2 sont les suivantes :

  • Les personnes âgées de 70 ans et plus (même si les personnes âgées de 50 ans à 70 ans doivent être surveillées de façon plus rapprochée) ;
  • les patients aux antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, ATCD d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;
  • les diabétiques non équilibrés ou présentant des complications ;
  • les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;
  • les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;
  • les patients atteints de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) ;

Malgré l’absence de données dans la littérature, en raison d’un risque présumé de COVID-19 grave compte-tenu des données connues pour les autres infections respiratoires, sont également considérés à risque de COVID-19 grave

  • les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :
    • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
    • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 <200/mm3,
    • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
    • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement
  • les malades atteints de cirrhose au stade B de la classification de Child-Pugh au moins ;
  • les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m2) par analogie avec la grippe A(H1N1)09, mais aussi une obésité avec IMC > 30 kgm-2 ;
  • les personnes présentant un syndrome drépanocytaire majeur en raison d’un risque accru de surinfection bactérienne ou de syndrome thoracique aigu ou ayant un antécédent de splénectomie ;
  • les femmes enceintes, au troisième trimestre de la grossesse, compte tenu des données disponibles et considérant qu’elles sont très limitées.

COVID19: Traitements et effets indésirables

Les médicaments ont des effets indésirables… rien de nouveau mais il est intéressant d’avoir déja des données de pharmaco-vigilance sur les molécules mises en avant, en attendant les études (de qualité) qui démontrent leurs éventuelles efficacités dans l’indication COVID19
D’où encore plus l’intérêt de surveiller les effets indésirables (eux déja connus), et ne pas aggraver les patients pour qui la balance bénéfice risque ne pencherait pas du bon coté.

Effets indésirables des médicaments utilisés dans la COVID-19 : les données chiffrées au 22 avril 2020

COVID19: Etude sur la contamination des soignants

Le GERES (Groupe d’Etude sur le Risque d’Exposition des Soignants aux agents infectieux) lance une enquête sur la contamination par le SARS-CoV-2 de tous les personnels de santé (infirmier, aide-soignant, médecin, kinésithérapeute, technicien de laboratoire, pharmacien, manipulateur radio, brancardier, ambulancier, psychologue, diététicienne, dentiste…).
Cette enquête est soutenue par la Haute Autorité de Santé et Santé Publique France.

Objectif:  connaitre au mieux les situations à risque de transmission pour les soignants, identifier les facteurs de contamination du personnel de santé

Les répondeurs doivent avoir eu un diagnostic de COVID-19 validé par un médecin, reposant sur le résultat positif d’une PCR ou d’une sérologie ou sur des signes cliniques très évocateurs.

COVID19: Chiffres en Guadeloupe au 22/04

A partir du 3ème point épidémio « spécial COVID19«  disponible notamment sur le site de la Préfecture de Guadeloupe et des points journaliers mis en ligne sur la page Facebook de la Préfecture de Guadeloupe, nouveau décorticage des chiffres, avec encore beaucoup d’incohérences

On retient au 22/04/2020 pour la Guadeloupe: 
A) Le nombre de cas cumulés
148 cas confirmés (+3 cette semaine) dont 52% sont des cas importés.

Une positivité qui diminue encore (4.1%, contre 8.6% la semaine précédente)

323 cas estimés (à partir principalement des données hebdomadaires des médecins sentinelles, et du réseau Oscour, pondérées par les taux de positivité) Avec une poursuite de la diminution du nombre de cas estimés en ville et avec la répartition suivante (figure 4)


B) Les hospitalisations

Le cumul annoncé est en haut de la page 7 de 106, mais 102 de la semaine dernière +6 nouveaux sur la figure 7= 108!!!
Par ailleurs le tableau 5 dénombre 100 cas, et la figure 7 en bas de page elle montre un total de 121 hospitalisations dont 41 en réa versus 34 annoncés en haut de page (et la semaine dernière on nous en annonçait 38…)

On nous parle de 10 nouvelles hospit, dont 3 en réa , mais la figure 7 montre 6 nouvelles hospit et 1 en réa !!! INCOMPREHENSIBLE 

– Les hospitalisations en cours au 22/04/20:
Le haut de la page 7 annonce 25 dont 13 en réa, mais le point Facebook du 12/04/20 (ci-dessous) dit lui 16 dont 12 en réa et 4 en médecine… une fois de plus ou sont passés les 11 patients manquants???

Le diagramme obtenu à partir des chiffres donnés dans les points journaliers Facebook est le suivant.

C) Les guérisons avec retour à domicile
69 nous dit le point épidémio,  76 nous dit le point Facebook du 22/04…

D) Les décès: 2 décès cette semaine (patients hospitalisés en réa depuis plusieurs semaines de source hospitalière) portant le total à 10 pour la Guadeloupe (et 3 pour St Martin)

EN CONCLUSION
La diminution des indicateurs se poursuit avec le confinement.
Se pose à nouveau la question des discordances des données hebdomadaires du point épidémio, et les différences observées avec les points quotidiens de la Préfecture: où est passée la dizaine de patients manquants entre:
– 25 hospit dont 13 en réa (point epidemio) versus 16 dont 12 en réa (point Facebook du 12/04/20)
69 guerisons (point épidémio) versus  76 (point Facebook du 22/04)
Enfin on attend toujours les chiffres entrées/sorties en réa et en secteur covid médical, et on surveillera la semaine prochaine l’effet de l’ouverture des COVID-DRIVE.

Règles déontologiques et recherche, diffusion d’infos et prescriptions hors AMM

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ARTICLE R.4127-13 du CSP Lorsque le médecin participe à une action d’information du public de caractère éducatif et sanitaire, quel qu’en soit le moyen de diffusion, il doit ne faire état que de données confirmées, faire preuve de prudence et avoir le souci des répercussions de ses propos auprès du public. Il doit se garder à cette occasion de toute attitude publicitaire, soit personnelle, soit en faveur des organismes où il exerce ou auxquels il prête son concours, soit en faveur d’une cause qui ne soit pas d’intérêt général.

ARTICLE R.4127-14 du CSP Les médecins ne doivent pas divulguer dans les milieux médicaux un procédé nouveau de diagnostic ou de traitement insuffisamment éprouvé sans accompagner leur communication des réserves qui s’imposent. Ils ne doivent pas faire une telle divulgation dans le public non médical.